Mon voyage à Madagascar

Arrivée à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac direction Antananarivo (Tana), capitale de Madagascar, je suis à la fois excitée de joie à l’idée de partir dans l’un des pays les plus beaux au monde, mais aussi un peu stressée de me retrouver dans un des pays les plus pauvres. Ce voyage j’en rêvai depuis longtemps et ce rêve devient réalité dès la sortie de l’avion qui s’effectue directement sur le tarmac !! Le soleil nous réchauffe déjà et ne nous quittera pas de tout le séjour.

Dès le premier jour, la visite de Tana, qui est une ville gigantesque où la circulation est dense, nous mets dans l’ambiance avec des choses à voir de toutes parts. Le soir même, nous montons vers un point de vue pour admirer la ville sous toutes ses lumières.

Est de Madagascar

Dès le lendemain, nous prenons la nationale 2 direction l’île Sainte-Marie au Nord Est de Madagascar. Sur la route, nous nous arrêtons visiter le parc naturel d’Andasibe où nous voyons les premiers lémuriens (endémiques de l’île). Ce moment restera gravé tant ces animaux sont énigmatiques. Le guide est passionnant et nous apprend des tas de choses sur les plantes médicinales notamment. Nous continuons notre route et faisons une halte pour dormir à Tamatave. Nous arrivons de nuit et constatons que l’effervescence de la ville est la même qu’à la capitale.

Madagascar-cameleon-parc-Andasibe-ecotourisme-voyage

Caméléon ©Nosy

Après un  lever de soleil somptueux face à la plage, nous reprenons la route pour arriver au ferry qui nous amène à Sainte-Marie. Nous avons traversé des paysages magnifiques tout au long du trajet depuis Tana et à notre arrivée à l’écolodge tout au bout de Sainte-Marie, je reste sans voix face à ce cadre qui pour moi est le PARADIS : sable blanc, eau turquoise, cocktail sur la plage, soleil et sympathie des hôtes et des villageois qui n’hésitent pas à venir à notre rencontre. Le lendemain nous faisons le tour de l’île en 4*4 avec un guide. Nous saluons sur notre passage quelques villageois qui font à manger ou s’occupent du bétail. Là encore les paysages sont surprenants de par leur diversité : océan à perte de vue, piste de sable, village de pêcheurs, mangrove, forêt. Nous profitons d’être sur cette île pour faire de la plongée avec masque et tuba où nous avons vu des poissons exotiques que je n’avais jamais observés ailleurs. Une dernière balade sur une autre petite île accolée qui s’appelle l’île aux Nattes, finit de nous éblouir tant par sa beauté et son calme, que par l’accueil des malgaches.

Madagascar-ile-Sainte-Marie-bungalow-voyage                                                                            Bungalows sur l’île Sainte-Marie ©Nosy

Les Hauts-Plateaux

Nous avons du mal à quitter cette île paisible pour prendre la direction d’Antsirabe au centre de Mada sur les hauts plateaux. A notre arrivée à Antsirabe, nous sommes accueillis par les hôtes. Toute la famille est là pour nous saluer. Leur sourire et leur bienveillance nous font oublier le temps passé sur les routes escarpées aux multiples paysages : verdures, montagnes arides, rizière,… Nos hôtes nous servent un repas de festin et nous font découvrir leur gastronomie : zébu, poisson, riz, salade, brochette de mozkita, …

Madagascar-Antsirabe-famille-accueil-authenticite-partage-echange-convivialiteFamille d’accueil ©Nosy

Antsirabe est une ville de taille moyenne où nous découvrons notamment les marchés immenses et goûtons des fruits et légumes délicieux. Nous en profitons pour rencontrer une malgache qui fabrique des bijoux et qui prend le temps de nous expliquer son art. Nos hôtes ont été disponibles et nous ont mis très à l’aise. Je n’oublierai jamais la partie de pétanque que j’ai faite avec les enfants de nos hôtes, je n’aurai jamais imaginé faire une pétanque à l’autre bout du monde. Les enfants parlaient bien le français, les échanges étaient donc faciles et instructifs car nous avons pu discuter de nos modes de vie bien différents.

Madagascar-Antsirabe-paysages-hauts-plateaux-ecotourisme-voyage

Paysage des Hauts Plateaux ©Nosy

Ouest de Madagascar

Nous reprenons la route direction le Nord-Ouest pour faire une randonnée dans les Tsingy de Bemahara. Moment magique pour traverser un pont suspendu. Là encore, un guide nous attend pour nous expliquer la faune et la flore. Comme tout au long du séjour, des guides locaux qui parlent très bien français ont pu partager la passion de leur pays. Les Tsingy sont des formations calcaires somptueuses qui ont été déclarées patrimoine mondial de l’UNESCO.

Madagascar-voyage-Tsingy-de-Bemaraha-ouest-pont-suspendu-parc-naturel-randonnee-tourisme

Grands Tsingys de Bemaraha ©Nosy

Retour à Anstirabe où nous avons la chance d’aller avec nos hôtes en pleine montagne pour célébrer la fameuse fête du Famadihana. Les corps des défunts sont inhumés pour changer leur linceul. Ce moment est une fête et un moment de joie pour eux, ce qui montre un rapport à la mort bien différent de nous. Ce fut un grand moment de partage et d’émotions pour nous et cette découverte de leurs coutumes nous plonge encore plus dans leur monde.

Nous faisons une dernière expédition et pas des moindres : nous faisons 3 jours et deux nuits sur un chaland afin de faire la descente de la Tsiribihina (rivière rouge) où nous pourrons voir des crocodiles si nous avons un peu de chance. Le calme de cette mini croisière est arrivé à point nommé afin de se reposer car c’est un voyage émotionnellement et physiquement éprouvant tant dans les émotions que par les routes sinueuses, sablonneuses ou caillouteuse. La descente de la Tsiribihina est magnifique et nous croisons lémuriens, oiseaux de toutes sortes. Nous prenons notre douche sous une gigantesque cascade qui nous laisse béats tant le lieu est paisible mis à part les cris des lémuriens !

Madagascar-cascade-Tsiribihina-fleuve-paysage-voyage

Cascade – Fleuve Tsiribihina ©Nosy

La fin de notre croisière signifie aussi notre arrivée vers Morondava et sa fameuse allée de baobabs. Là encore, je ne trouve pas les mots pour vous décrire la sensation de se retrouver à côté de ces arbres majestueux qui nous font nous sentir tout petit. Des baobabs à perte de vue entourés de champs où de nombreux zébus s’hydratent près des petits lacs présents aussi tout autour.

Madagascar-Morondava-allee-de-baobabs-zebu-ouest-voyage

Allée des Baobabs ©Nosy

Tout le long du séjour, nous avons parcouru des centaines de kilomètres tant en pousse-pousse qu’en tuk-tuk, en 4*4, ou encore en taxi brousse à 15 à l’intérieur ! Des paysages somptueux, des visages aux sourires qui en disent long sur le bonheur qui règne sur cette île sans tout de même oublier la grande pauvreté que nous avons croisée tous les jours. Les malgaches sont accueillants et le pays convient aussi bien aux gens qui souhaitent se reposer et se baigner (île Sainte Marie), se cultiver (les guides sont extrêmement gentils et s’y connaissent vraiment bien), découvrir des paysages à couper le souffle tellement différents de part et d’autre de l’île (Tsingy, allée de Baobab, …) ou tout simplement faire tout ça en même temps.

Ce voyage était tout simplement fabuleux et partir avec Nosy est un gage de sécurité, de sérieux et de bienveillance. Je compte bien repartir avec Nosy explorer d’autres parties de cette gigantesque île qui cachent encore bien des trésors.

Et si vous n’êtes pas encore convaincu, je vous invite à consulter leurs voyages à Madagascar.

Par Nelly Rivas
Publié le 07 juin 2017 dans Récits de voyage – Le blog de Nosy

Voyage en terres malgaches
5 (100%) 3 votes