Rien de tel qu’un trek pour découvrir les trésors cachés d’une région ou d’une île et explorer la richesse de sa biodiversité. En solo, entre amis ou en petits groupes, le trekking est le moyen le plus sûr de voyager en immersion au cœur de la nature et au plus proche des populations.

Il s’inscrit pleinement dans la logique du slow travel ou comment « profiter du luxe de prendre son temps », s’offrir l’opportunité de découvrir un lieu en profondeur et de s’en imprégner ; prendre le temps de l’échange avec les populations rencontrées, voire, prendre part à la vie sociale d’une communauté.

Bref, privilégier la qualité de l’expérience plutôt que la quantité de lieux visités ou d’activités pratiquées au risque de passer à côté de l’essentiel… autant de bonnes raisons d’opter pour un voyage d’écotourisme à pied.

Nul n’est besoin d’être un randonneur chevronné pour partir en trekking, une âme aventureuse et une bonne condition physique suffisent, et l’Envie de voyager autrement, naturellement, en prenant son temps.

L’effort physique peut parfois être poussé selon les voyages, et mettre votre corps à rude épreuve mais le jeu en vaut toujours la chandelle : des paysages époustouflants, des rencontres inouïes avec les populations locales

Privilégier un trek en petit groupe permet de sortir des sentiers battus, d’atteindre des lieux inaccessibles au tourisme de masse et de s’immerger au cœur de la destination.

Où partir pour un trek en immersion ?

Profitez d’un trek à Madagascar pour explorer le fabuleux massif du Makay et découvrir la beauté préservée de ses paysages. 7 jours de marche intense pour arpenter ses plateaux arides, remonter ses rivières, traverser des canyons encaissés, escalader les rochers,…

Au-delà de la randonnée, vous apprécierez le sens de la solidarité et d’entraide dans ce territoire vierge encore peu exploré, et pourrez profiter de votre temps de marche pour observer les lémuriens et autres animaux endémiques du massif.

A moins que vous ne préfériez partir pour une randonnée au Cap Vert à la découverte de l’île de Santo Antão au nord de l’archipel, un véritable paradis pour les marcheurs !

Outre les incontournables du nord du Cap Vert, ses falaises escarpées en bord de mer, ses vallées verdoyantes, ses plantations de canne à sucre, ou encore, plus à l’ouest, ses étonnantes formations rocheuses, votre randonnée pédestre vous fera découvrir la culture musicale et artisanale de l’île.

Elle vous conduira à la rencontre d’un village inscrit dans un projet d’agriculture et de tourisme durable. Authenticité et convivialité garantis !


Enfin, reste l’incontournable : le trek en Islande ! Que ce soit dans la région des Hautes Terres (Fjallabak) ou celle des Fjords de l’Est, les passionnés de grands espaces y trouveront leur compte.

Randonnée dans les montagnes islandaises

La randonnée comme source d’inspiration et d’ouverture

Marcher plusieurs jours d’affilée en pleine nature au cœur de paysages grandioses, sans y croiser une seule personne ou faire un bout de chemin avec une seule, rencontrée au détour d’un sentier, permet de se ressourcer, d’échanger sa vision de la vie (et du voyage), et finalement de partager bien plus qu’un simple bout de chemin. Voyager à pied aiguise la conscience de son environnement et des autres.

Que l’on décide de partir seul ou de rejoindre un groupe accompagné d’un guide expérimenté, quels que soient la durée et le niveau de difficulté, la randonnée promet des découvertes et des rencontres insoupçonnées, pourvu qu’on soit ouvert à l’aventure et à la part d’aléas qu’elle comporte.

Le slow travel invite à être plus responsable et plus sensible à son environnement. En optant pour la marche à pied, non seulement on limite au maximum son impact sur l’environnement mais on considère de surcroît que le déplacement fait partie intégrante du voyage et on l’apprécie autant, sinon plus, que la destination finale en soi.

Le chemin devient une fin, et non plus seulement un moyen.

Astuces et conseils pour le bon déroulement d’un trek

Si la randonnée et le trekking sont à portée de tous, il est néanmoins primordial de bien se préparer avant de s’aventurer sur les sentiers balisés (ou non). Cela permet d’éviter les mésaventures et d’entamer le plaisir de l’expérience.

Avant toute chose, mieux vaut connaître ses aptitudes et rejoindre un petit groupe de même niveau. Inutile de surestimer son allure et ses capacités physiques, et ne pas oublier que ces dernières varient en fonction du dénivelé et du poids du bagage porté.

Il est donc préférable de bien échanger avec votre agence de voyage ou votre futur guide pour s’assurer que vous serez apte à tel ou tel itinéraire.

Vérifiez au préalable si le portage est prévu ou non dans l’organisation de la randonnée. Et si possible, entraînez-vous avant le départ ! Marchez, faites du vélo, prenez les escaliers plutôt que l’ascenseur… votre corps vous en sera reconnaissant lorsque vous partirez à l’assaut des sommets !

Enfin veillez toujours à choisir une agence qui, comme Nosy, sélectionne uniquement des guides expérimentés pour encadrer les treks proposés. Il n’y a pas de treks réussis sans un bon guide.

Quel équipement pour bien préparer un trek ?

Vient ensuite le moment de préparer son matériel. Privilégiez l’aspect technique à l’esthétique et prévoyez de bonnes chaussures adaptées au terrain sur lequel vous allez randonner : désert, haute montagne, terrains secs ou humides…

Dans tous les cas optez pour des chaussures confortables, que vous aurez essayées au préalable, avec des chaussettes fines en coton ou en laine pour évacuer la transpiration. A noter, bien lacer ses chaussures est encore le meilleur moyen d’éviter les ampoules.

Les vêtements devront eux aussi être choisis en fonction du lieu de randonnée mais dans tous les cas être confortables. Pour le haut, mieux vaut prévoir plusieurs couches dont une couche thermique à retirer au besoin au fil de la randonnée et une couche de protection imperméable et respirante pour parer aux variations de la météo.

Prévoyez également casquette, chapeau ou bonnet et gants pour protéger les extrémités si vous partez en trek en altitude.

Enfin, pour un trek de plusieurs jours, choisissez de préférence un sac-à-dos à ceinture ventrale de 40 litres avec une poche d’hydratation portable (un camel bag) pour pouvoir vous hydrater régulièrement au cours de la randonnée, sans avoir à vous arrêter, et éviter ainsi les tendinites !

Selon votre destination, emportez avec vous quelques pastilles de décontamination pour pouvoir vous ravitailler en eau en toute sécurité auprès des éventuelles sources que vous rencontrerez sur votre itinéraire.

A moins que vos repas ne soient prévus, pensez également à prendre de la nourriture séchée ou lyophilisée, des fruits secs et des sucres lents pour assurer votre endurance. Enfin, mieux vaut prévenir que guérir et anticiper les éventuels imprévus ou accidents.

Une trousse de premiers secours, quelques produits d’hygiène de base, une bonne protection solaire et une boussole, seront toujours utiles en cas de besoin.

Les petits plus :

  • Des sacs plastiques pour stocker ses déchets et conserver ses affaires au sec en cas d’intempéries
  • Quelques feuilles de papier journal à placer astucieusement sous son pull pour se protéger du froid si besoin
  • Une bonne dose de tolérance, de respect et d’humilité pour préserver la convivialité du groupe et la qualité des échanges avec les autochtones.

A vos bâtons de marche, prêts, partez !


Par Nosy – Explore Natural Islands
Publié le 10 novembre 2018 dans Astuces et conseils – Le blog de Nosy

Le trek, ou comment voyager autrement en totale immersion
5 (100%) 2 votes